Globe & MailScreeners

Ces actions défensives du TSX combinent valeur et qualité

By décembre 19, 2018 No Comments

Dans le filtre créé cette semaine pour le Globe and Mail, nous nous concentrons sur les actions défensives du TSX qui combinent valeur et qualité.

La nature défensive de l’investissement de valeur en fait une stratégie idéale en période de ralentissement économique ou de ralentissement des marchés. Aujourd’hui, je recherche des sociétés de valeur qui ne négocient pas nécessairement à escompte mais plutôt à un prix raisonnable, ce que nous appelons un investissement «de qualité». Nous examinons le marché canadien en mettant l’accent sur les sociétés de qualité – celles qui ont un comportement défensif comparé aux autres, quelle que soit leur volatilité.

Nous avons examiné l’univers canadien en nous concentrant sur les critères suivants:

·        Capitalisation boursière supérieure à 1 milliard de dollars;

·        Rendement positif d’un an (calculé à la fin du mois dernier);

·        Variation positive sur 12 mois de la mesure de la valeur économique ajoutée (EVA) – un chiffre positif nous indique que les bénéfices de la société augmentent à un rythme plus rapide et supérieur au coût du capital. L’EVA est le bénéfice économique généré par la société et est calculé comme le bénéfice net d’exploitation après impôt moins les dépenses en capital;

·        Variation positive sur 12 mois de l’indice de performance économique (EPI) et indice de performance économique actuel supérieur à un – ce ratio correspond au rendement du capital par rapport au coût du capital;

·        Le rendement du capital annuel moyen sur cinq ans doit être supérieur à 10%;

·        Le ratio de la valeur de croissance future sur valeur de marché (FGV / MV) se situe entre 40% et moins 70%. Cette gamme a été choisie pour éliminer les actions présentant une prime ou un escompte exagéré car cela augmenterait le risque. Ce ratio représente la proportion de la valeur de marché de la société composée des prévisions de croissance future plutôt que des bénéfices réels générés. Plus le pourcentage est élevé, plus la prime intégrée à la croissance attendue est élevée et plus le risque est élevé.

Plus d’informations dans cet article écrit par Noor Hussain, analyste et chargée de comptes chez Inovestor Inc.