Globe & MailScreeners

Stratégie axée sur la qualité et la rentabilité du secteur pétrolier

By février 26, 2019 No Comments

Dans le filtre de cette semaine créé pour le Globe and Mail, nous avons examiné les actions canadiennes du secteur de l’énergie présentant une amélioration des fondamentaux.

Les prix du pétrole étant à la hausse en 2019 et les valeurs énergétiques constituant une part importante du marché canadien, une grande partie des gains réalisés sur l’indice composé S&P/ TSX provient jusqu’à présent du secteur de l’énergie. Aujourd’hui, nous cherchons à améliorer les fondamentaux des entreprises pour voir si la récente flambée des prix de bon nombre de ces actions est justifiée par leurs activités. Nous avons examiné le secteur de l’énergie S&P/TSX pour les sociétés de qualité en utilisant les critères suivants:

  • Capitalisation boursière supérieure à 1 milliard de dollars;
  • Variation positive sur 12 mois de la mesure de la valeur économique ajoutée (EVA) – un chiffre positif nous indique que les bénéfices de la société augmentent à un rythme supérieur à celui du coût du capital. L’EVA est le bénéfice économique généré par la société et est calculé comme le bénéfice net d’exploitation après impôt (NOPAT) moins les dépenses en capital;
  • Un changement positif dans le NOPAT sur 12 mois – une mesure de l’efficacité opérationnelle qui exclut les coûts et les avantages fiscaux du financement par emprunt en se concentrant simplement sur les activités principales de l’entreprise, nettes d’impôts;
  • Valeur de la croissance future / valeur marchande (FGV / MV) comprise entre moins 50% et 50%, à l’exclusion des sociétés bénéficiant de remises ou de primes exagérées. FGV / MV représente la proportion de la valeur de marché de la société qui est constituée des prévisions de croissance future plutôt que des bénéfices réels générés. Plus le pourcentage est élevé, plus la prime intégrée à la croissance attendue est élevée et plus le risque est élevé.
  • Ratio des flux de trésorerie disponibles sur le capital. Ce ratio nous donne une idée de l’efficacité avec laquelle l’entreprise convertit son capital investi en flux de trésorerie disponibles, qui correspond au montant restant après la comptabilisation de toutes les dépenses en immobilisations. C’est une mesure importante car elle nous donne la capacité financière de la société de verser des dividendes, de réduire la dette et de rechercher des opportunités de croissance. Nous recherchons toujours un rapport positif et plus de 5% est excellent.

Plus d’informations dans cet article écrit par Noor Hussain, analyste et chargée de compte chez Inovestor Inc.