Intelligence

FNBs: Bénéficiez des avantages de la diversification

L’article de cette semaine sera le premier concernant les solutions de remplacement de FNBs et de fonds communs de placement dans l’univers des actions canadiennes. Si vous souhaitez recevoir une analyse similaire, envoyez-nous un courriel à ce sujet. L’un de nos clients nous a demandé de comparer le FNB BMO d’actions canadiennes à faible volatilité (ZLB) avec le FNB Horizons Inovestor actions canadiennes (INOC) afin de décider lequel des deux devrait détenu pour ses petits comptes.

Pour comparer les deux FNBs, la première étape est de partir les deux séries de données en 2011, soit la date de création de ZLB. Comme nous n’avons pas de données historiques suffisantes avec INOC, nous devrons utiliser l’indice Nasdaq Inovestor Canadian Equity (NQICA) comme approximation. De plus, comme l’indice ne tient pas compte des frais de gestion, nous incluons un RFG de 0,65% afin que la comparaison puisse être faite aussi précisément que possible. Voir nos résultats ci-dessous:

NQICA génère un alpha annualisé de 6,35%, 0,58% de plus que ZLB. Néanmoins, il n’est pas surprenant que ZLB ait un écart-type inférieur de 6,5% par rapport à 7,3% pour NQICA, considérant que la faible volatilité est le principal facteur derrière ce FNB. Cela crée un ratio de Sharpe légèrement supérieur à celui du NQICA. En d’autres termes, il se comporte légèrement mieux sur une base ajustée au risque. De plus, son bêta n’est que de 0,41 contre 0,66 pour le NQICA.

En ce qui concerne les caractéristiques fondamentales, la capitalisation médiane de ZLB est supérieure à celle du NQICA. En effet, des compagnies matures affichent une volatilité inférieure. Cela se reflète indirectement dans le rendement en dividendes de 2,7%, soit 0,7% de plus que celui du NQICA. D’un autre côté, NQICA a tendance à choisir des actions de haute qualité se négociant à un prix raisonnable. Le P/E du NQICA est beaucoup plus bas à 14,1 contre 20,6 pour ZLB et s’il y avait une comparaison du rendement du capital (les données ne sont pas disponibles pour ZLB), NQICA serait plus élevé.

Les allocations sectorielles sont différentes entre les deux FNBs. Il n’est pas surprenant de constater une surpondération des secteurs défensifs à dividendes élevés (services publics et consommation de base) pour ZLB et une surpondération des valeurs non cycliques (discrétionnaires et industrielles) pour NQICA. Toutefois, les deux FNBs sous-pondèrent considérablement les secteurs liés aux matières premières, comme les matériaux et l’énergie, ce qui les rend tous deux très différents de l’indice S&P/TSX.

Sur la base de notre analyse, les deux produits financiers sont très attrayants compte tenu de leurs caractéristiques uniques: ZLB mise sur la faible volatilité tandis qu’INOC met l’accent sur la qualité à un prix raisonnable. Étant donné que les facteurs ont tendance à surperformer à différents moments du cycle économique, il vaut la peine de combiner les deux FNBs dans un portefeuille. Ceci vous permet d’améliorer le ratio Sharpe et de bénéficier d’une diversification supplémentaire.