All Posts By

Christian Godin

Commentaire de mars du gestionnaire de portefeuille pour les résultats de février

Le marché boursier canadien a réalisé l’une de ses pires performances en février. Ce résultat négatif s’est déroulé alors que les préoccupations croissantes concernant l’impact économique du COVID-19 étaient prises en compte dans les attentes des investisseurs. Étant donné le niveau élevé des marchés boursiers, le COVID-19 a été le déclencheur parfait pour une correction du marché.

L’indice de rendement total S&P/TSX TR a baissé de 5,9% en février et le S&P500 a également baissé de 8,2% tandis que l’indice MSCI ACWI ex. USA a perdu 7,9%. À la fin de février, le gain sur l’indice de rendement total S&P/TSX sur 12 mois était de 4,9% inférieur au gain de 8.2% du S&P500 et supérieur à l’indice MSCI ACWI ex. USA qui était sans direction.

Le meilleur secteur du S&P/TSX pour le mois de février a été celui des technologies de l’information en baisse de 2,7%, suivi des services publics en baisse de 3,1% et de l’immobilier en baisse de 3,8%. Au contraire, les secteurs les moins performants ont été les soins de santé (-16,7%), les matériaux (-7,6%) et l’énergie (-7,5%).

Les meilleurs résultats de février ont été Brookfield Asset Management (-0,9%) Constellation Software (-1,7%) et TFI International (-2,3%). Brookfield Asset Management se négocie en tant qu’équivalent obligataire et se comporte relativement bien lorsque les taux d’intérêt à long terme baissent et le marché considère les actions technologiques comme Constellation Software isolées de l’impact économique du COVID-19. À l’opposé, les contributeurs les plus faibles ont été CCL Industries, en baisse de 20,6% sur des résultats très décevants, car la croissance organique a été largement ratée, Kirkland Lake Gold a baissé de 20,2% en raison d’une mauvaise qualité de production d’or à Fosterville et Equitable Group a baissé de 15,4% malgré des résultats meilleurs que prévu en raison des faibles attentes pour 2020.

 

Commentaire de février du gestionnaire de portefeuille pour les résultats de janvier

Le marché boursier canadien, défini par le S&P-TSX a affiché un autre rendement boursier positif en janvier. Ce résultat positif a eu lieu malgré les inquiétudes d’un ralentissement économique mondiales découlant du coronavirus.

Le mois dernier, le S&P/TSX TR a réalisé un rendement de 1,7% tandis que le S&P500 TR était essentiellement stable et le MSCI ACWI ex USA a diminué de 2,7%. Sur un an, le S&P/TSX TR était en hausse de 15%, le S&P500 TR de 21,7% et le MSCI ex USA traînait avec un rendement de 10,5%.

Le meilleur secteur du TSX pour janvier a été le secteur de la technologie en hausse de 9.4%, suivi des services publics en hausse de 7.6%. Le pire secteur du mois a été le secteur de la santé en baisse de 2.6%.

Le NQICAT a progressé de 1,5% en janvier et de 16,6% sur l’année. Brookfield Infrastructure Partners (BIP) a enregistré la meilleure performance du NQICAT, en hausse de 11,1%, suivi de près par Constellation Software (CSU). BIP était en hausse par sympathie avec les actions des services publics se ralliant à la baisse des taux d’intérêt à long terme.

Le titre le moins performant a été Parex Resources (PXT) le seul titre de pétrole dans le portefeuille. Toutes les actions des producteurs d’énergie du S&P-TSX ont diminué en janvier. Elles ont été négativement impactées par des perspectives de demande d’énergie plus faible encore une fois causé par les craintes entourant le coronavirus et ses impacts sur l’économie.

2 actions ont été vendues et achetées dans la stratégie en janvier. Norbord (OSB) a été vendue en raison de son indicateur de performance économique devenu négatif. Ainsi le coût du capital d’OSB était supérieur à son rendement du capital en raison de son dernier rapport trimestriel. OSB a été remplacé par Kirkland Lake Gold (KL). KL avait le SP Score le plus élevé dans le secteur des matériaux. Ritchie Bros. Auctionneers (RBA) a été l’autre action vendue. Le poids EVA du secteur industriel avait diminué dans le bénéfice aggrege de notre univers et nous avons dû vendre l’action ayant le score SP le plus bas du secteur industriel qui s’est avérée être RBA. Le poids du secteur de la consommation discrétionnaire a quant à lui augmenté et Groupe d’Alimentation MTY (MTY) était le titre avec le meilleur score SP de son secteur qui n’était pas déjà dans le portefeuille.

Commentaire de Janvier sur les résultats du Q4 2019

Les actions mondiales ont terminé l’année en beauté! L’indice composé de rendement total S&P/TSX a augmenté de 3,2% au quatrième trimestre, ajoutant aux gains de cette année pour un rendement total de 22,9% en 2019. Au cours du quatrième trimestre, le S&P500 a enregistré un rendement de 8,5% pour un rendement total annuel de 28,9% tandis que le MSCI ACWI ex US a affiché un rendement de 9,0%, produisant un rendement total de 22,1% sur un an.
Plusieurs facteurs expliquent ce sprint final. Premièrement, la majorité des résultats des sociétés a été conforme ou meilleure que prévu, deuxièmement, les banques centrales ont maintenu un ton accommodant, finalement, l’année s’est terminée par l’accord de phase 1 entre les États-Unis et la Chine.
Au Canada, les meilleurs secteurs du quatrième trimestre ont été le secteur technologique en hausse de 10,7% et les matériaux en hausse de 7,4%, le pire secteur étant celui de la santé en baisse de 6,0%. Pour l’année, les titres technologiques et les services publics ont été les plus performants, en hausse de 63,5% et 31,6% respectivement, tandis que le secteur de la santé a été la plus faible, en baisse de 11,4%.
Le NQICA au quatrième trimestre a affiché un rendement de 2,5% pour terminer avec un rendement annuel de 24,1% (incluant le revenu des dividendes pour chacun) par rapport au composite S&P/TSX RT qui a affiché un rendement de 3,2% au quatrième trimestre et de 22,9% en cumul annuel.
Les titres les moins performants du NQICA au quatrième trimestre ont été Gildan Activewear (GIL) avec un rendement de -18,1%, en raison de résultats inférieurs aux prévisions, et Metro (MRU) avec un rendement de -7,8%. En revanche, les titres les plus performants ont été Parex en hausse de 19,0% grâce à d’excellents résultats et la découverte de nouveaux gisements pétroliers et la Banque Nationale en hausse de 10,4% grâce à un excellent quatrième trimestre.

Commentaire de décembre du gestionnaire pour les résultats de novembre

Le marché boursier canadien a enregistré un autre mois de rendements positifs en novembre. Ce résultat positif s’est concrétisé, alors que les résultats trimestriels publiés étaient conformes aux attentes des investisseurs et dans un contexte de diminution des tensions commerciales internationales. L’indice rendement total S&P/TSX a progressé de 3,6% en novembre.

L’indice S&P500 a également augmenté de 3,6%, tandis que l’indice MSCI Monde a généré un rendement positif de 0,9%. À la fin du mois de novembre, le gain sur 12 mois de l’indice de rendement total S&P/TSX était de 15,7%, ce qui se rapproche du gain de 16,1% du S&P500 et est supérieur à la hausse de 11,8% enregistrée par l’indice MSCI Monde sur les 12 derniers mois. Le meilleur secteur de la TSX pour le mois de novembre a été celui des technologies de l’information en hausse de 8,6%, suivi de la consommation de base en hausse de 5,8% et de la consommation discrétionnaire en hausse de 5,5%. Au contraire, les secteurs les moins performants ont été les soins de santé (-2,8%), l’immobilier (-1,0%) et les matériaux de base (-0,1%).

Plus spécifiquement INOC, le fonds a progressé de 5,4% en novembre pour un gain de 1.8% sur l’indice S&P/TSX. Les titres affichants la meilleure performance étaient Gildan Activewear, le fabricant de t-shirts avec un gain de 16,4%, Parex Energy, un producteur de pétrole possédant des actifs en Colombie, 10,1% et Alimentation Couche- Tard, l’opérateur canadien de dépanneurs ayant une empreinte mondiale avec une hausse de 10,0%. A l’opposé, Norbord, en baisse de 4,1%, alors que le titre avait donné une solide performance en octobre, a offert la plus faible performance. Les autres contributeurs négatifs ont été le Groupe Equitable en baisse de 4.1% et la Banque TD, en baisse de 1,8%. Tous les autres membres d’INOC ont affiché une performance positive pour le mois de novembre.

Commentaire de novembre pour les résultats d’octobre par le gestionnaire de portefeuille

L’indice de rendement total S&P TSX a reculé de 0,9% en octobre, le S&P500 a avancé de 2,2% et le MSCI ACWI ex. États-Unis a progressé de 3,5%. À la fin du mois d’octobre, l’indice rendement total S&P TSX était en hausse de 18,1%, depuis le début de l’année. Ce qui était inférieur au 23,2% de l’indice S&P500, mais supérieur à l’indice MSCI ACWI ex. États-Unis avec 16,0%.

Le marché a atteint de nouveaux sommets en octobre, les craintes de litiges commerciaux se dissipant et les résultats financiers du troisième trimestre s’alignant mieux que prévu. À la fin du mois, les rendements des obligations 10 ans se raffermissaient tant sur le marché américain que canadien.

Sur le TSX, le secteur des matériaux a enregistré la meilleure progression, avec une hausse de 2,9% en octobre, suivi du secteur des produits industriels, en hausse de 1%. Au contraire, le secteur de la santé a été le secteur le moins performant, principalement en raison de la mauvaise performance du secteur du cannabis.

En octobre, Norbord (+ 19,7%), fabricant de produits à base de bois et premier producteur de panneaux de particules orientées, a affiché la meilleure performance de la stratégie Inovestor. Le Groupe Equitable + 9,2%, une banque canadienne dont les activités sont principalement liées aux prêts hypothécaires résidentiels affichait la 2ième meilleur performance. Les rendements annuels et cumulatifs de l’indice d’actions américaines NASDAQ Inovestor se sont établis à 20,2% et 14,7%, soit légèrement mieux que les chiffres correspondants de 18,1% et 13,2% du S&PTSX TR.

La stratégie a été rééquilibrée en octobre. Nous avons accru notre exposition aux produits industriels avec l’ajout de Ritchie Bros Auctioneers Inc. (RBA) et d’Evertz (ET). Nous avons également ajouté Parkland Fuel Corporation (PKI), car leurs résultats s’améliorent maintenant que leurs acquisitions stratégiques sont intégrées avec succès. Nous avons liquidé Bell Canada (BCE), la Banque Canadienne Impériale de Commerce (CM) et Linamar Corp (LNR). Celles-ci ayant des valeurs économiques ajoutées (EVA) inférieures à ceux de leurs comparables détenus en portefeuille.

Commentaire de aout du gestionnaire de portefeuille sur les résultats de juillet

L’indice de rendement total S & P / TSX a progressé de 0,34% en juillet, le S & P 500 de 1,44% et le MSCI ACWI ex É-U s diminué de 1,18%. À la fin du mois de juillet, l’indice de rendement total S & P / TSX depuis le début de l’année était en hausse de 16,62%, ce qui était inférieur à l’indice S & P500 (20,24%) mais supérieur à l’indice MSCI ACWI ex. É.U. de 12,65%.

Le marché a atteint de nouveaux sommets en juillet avant de perdre une partie de ces gains, suite à une hausse des tensions sur le front du commerce international et aux taux d’intérêts à long terme sont tombés à des creux historiques. À la fin du mois, le rendement du Trésor américain à 10 ans a franchi la barre des 2%.

Le meilleur secteur de la TSX en juillet a été la consommation discrétionnaire, en hausse de 3,4%, suivi de la technologie de l’information, en hausse de 3,2%. Au contraire, le secteur de la santé a été le secteur le moins performant, principalement en raison de la performance du secteur du cannabis.

En ce qui concerne plus particulièrement INOC, les meilleures performances en juillet ont été Equitable Group (+27.01%), une banque canadienne dont la majorité des activités concerne les prêts hypothécaires résidentiels à taux préférentiel et non privilégié, qui ont publié des résultats meilleurs que prévu pour le deuxième trimestre. La seconde meilleure performance était celle de Parex Resources (+7.38%), un producteur de pétrole possédant des actifs en Colombie, dont les gains sont dus à la hausse des prix du pétrole le mois dernier.

En revanche, Stella Jones a enregistré la plus faible contribution à INOC, en baisse de 12,89%. Les nouvelles concernant le départ du PDG de longue date de la société ont amené le marché à réagir négativement. Les autres contributeurs négatifs étaient Norbord et Linamar.

Commentaire du Gestionnaire pour le T2

L’indice composé de rendement total S & P / TSX a augmenté de 2,6% au deuxième trimestre. Cela s’ajoute aux gains du premier trimestre pour un rendement cumulatif de 16,2% depuis le début de l’année. Au cours du deuxième trimestre, l’indice S & P 500 a dégagé un rendement de 4,3% pour un taux de cumul annuel de 18,5%, tandis que l’indice MSCI ACWI ex-États-Unis a affiché un rendement de 3,2%, soit un rendement total de 14% depuis le début de l’année.

Au cours du deuxième trimestre, la FED a confirmé sa position accommodante étant donné que l’inflation et l’activité économique sont sous contrôle. La croissance de l’économie chinoise s’est ralentie, ce qui a entraîné la plus faible croissance du PIB des 27 dernières années. Par ailleurs, les prévisions concernant le taux de croissance canadien ont augmenté. Les raisons de cette croissance sont les exportations plus fortes que prévu, les conditions du marché du travail meilleures que prévues et des mises en chantier plus élevées que prévu.

Notre indice NQICA a enregistré un rendement de 4,6% au deuxième trimestre et de 16,5% depuis le début de l’année par rapport à l’indice S & P / TSX, qui a enregistré un rendement de 2,6% au deuxième trimestre et de 16,2% depuis le début de l’année. Le rendement sur un an pour NQICA est de 4,4% contre 3,9% pour le S & P / TSX au cours de la même période.

Norbord (OSB), en baisse de 11%, et Great-West Lifeco en baisse de 5,6%, ont été les moins performants de l’indice. Au contraire, Dollarama (DOL) a progressé de 29,4%, suivi de CCL Industries (CCL.B), de 19%.

À la fin du deuxième trimestre, le NQICA était sous-pondéré dans les secteurs de l’énergie (-13%) et des services financiers (-4%) et surpondéré dans les secteurs de la consommation discrétionnaire (15,5%) et des biens de consommation courante (4,3%).

Les exigences actuelles en matière de rééquilibrage sont minimes et sont entièrement dues à la variation des pondérations sectorielles du modèle. Le poids du secteur des télécommunications a augmenté et celui du secteur financier a diminué en raison de la plus grande valeur économique ajoutée créée par les télécommunications par rapport aux services financiers. L’Industrielle Alliance (IAG), qui a le plus faible score SP de nos avoirs financiers, a été exclue de l’indice. IAG a été remplacé par Telus (T), la société de télécommunications la mieux notée, qui ne figurait pas encore dans le modèle.

Commentaire de juin du gestionnaire de portefeuille sur les résultats de mai

L’indice de rendement total S&P/TSX s’est contracté de 3,1% en mai, soit moins que le S&P 500 (-6,35%) et l’indice MSCI ACWI ex. USA (-5,26%). À la fin de mai, après un premier mois de déclin, l’indice rendement total du S&P/TSX était en hausse de 13,4% année à date.

Les marchés sont en dent de scie avec la probabilité grandissante de guerres tarifaires. En plus des guerres de tarifs douaniers, les investisseurs américains étaient de plus en plus préoccupés par la réglementation potentielle des géants méga-cap technologiques américains en raison de la nature monopolistique de leurs modèles d’affaires.

Le meilleur secteur de la TSX en mai a été la technologie de l’information, en hausse de 4,3%.  Les grands acteurs du secteur tels que CSU OTEX, GIB. A et SHOP ont tous affiché de bons résultats trimestriels. D’autre part, le secteur affichant la plus faible performance était celui des soins de santé, en baisse de 13,8%, un secteur dans lequel l’INOC n’est pas investi.

En regardant plus spécifiquement INOC, on observe que les stocks défensifs tels que ATD et DOL ont surperformé car les investisseurs étaient à la recherche de valeurs sûres loin du chaos environnant. La meilleure performance d’INOC en mai était celle de CCL. B suivant des résultats meilleurs que prévu. Les trois plus faibles performances pour le mois étaient celle de Norbord, Magna, et Linamar, leur piètre performance étant en grande partie expliquée par l’incertitude macro-économie et la politique, mais aussi dans le cas de Magna par une révision à la baisse des objectifs financiers de cette année.

Mai 2019, mot du gestionnaire de portefeuille

L’indice de rendement total S&P / TSX a augmenté de 3,2% en avril, ce qui s’ajoute aux solides rendements du premier trimestre pour un rendement de 16,9% depuis le début de l’année. Cela donne au marché canadien un très bon départ en 2019. Le S&P/TSX a légèrement surperformé versus l’indice MSCI ACWI (13,4%) et légèrement sous performé versus le S & P 500 (18,3%). La plupart des secteurs du marché canadien ont été des contributeurs positifs en avril, le secteur des technologies de l’information affichant la plus forte hausse et les matériaux la plus faible.

Les commentaires de la banque centrale canadienne et de la FED sont restés très constructifs pour les marchés des actions. Sur un autre plan, les bénéfices corporatifs années à date sont faibles, mais pas autant que le craignait le marché. Cela explique pourquoi le marché conserve ses gains depuis le début de l’année.

Les prix des matières premières depuis le début de l’année, y compris l’énergie et les métaux, ont été relativement stables, ce qui est crucial pour le marché canadien. Enfin, l’état d’esprit actuel du marché est principalement déterminé par les tarifs américains. Au Canada plus précisément, le marché immobilier reste stable malgré les inquiétudes suscitées par un cycle prolongé. La faiblesse des taux d’intérêt à long terme au Canada maintient les évaluations dans le secteur.

Notre indice d’actions canadiennes Nasdaq Inovestor (NQICA) a progressé de 5% en avril, ce qui s’est traduit par un rendement positif de 17% depuis le début de l’année, légèrement supérieur à celui du marché. En ce qui concerne les facteurs de contribution aux rendements NQICA, la plus grande partie des gains a été obtenue grâce à Magna International (MG), qui a augmenté de 14,6%. Dollarama (DOL) et Equitable Group (EQB) suivent une tendance similaire, augmentant respectivement de 13,0% et 12,8% alors que le marché anticipait des bénéfices attractifs. Au contraire, Metro Inc. (MRU) a reculé de 1,4% au cours du mois et Great-West Lifeco (GWO) en baisse de 1,98% au cours des deux dernières semaines d’avril après son ajout au portefeuille.

Avril 2019, mot du gestionnaire de portefeuille

L’indice rendement total S&P/TSX s’est accru de 13.3% au cours du premier trimestre. Le marché boursier Canadien affiche donc un excellent départ en 2019 avec une performance supérieure à l’indice Mondial MSCI Global (10.4%) et presque équivalente à l’indice américain S&P 500 (13.7%).

Les marchés boursiers sont présentement portés à la hausse par des perspectives de croissance économique positives. Depuis plusieurs semaines maintenant, la profondeur et longévité de perspectives mondiales constructives ont gagné en importance suites aux plus récents commentaires économiques et énoncés politiques des plus importantes banques centrales dont celle de Chine, d’Europe et des États-Unis.

Cet étalement du cycle économique haussier mondial sur un horizon plus lointain a pris une place plus prépondérante dans les anticipations des acteurs du marché boursier et a clairement surplanté les désagréments liés à l’adoucissement de la croissance à court terme. Bien que la croissance économique et celle des profits corporatifs soient présentement moins élevées que l’an passé leur résilience et persistance à long terme sont les facteurs qui ont maintenant pris une importance prépondérante dans la psychologie des investisseurs.

Notre indice actions canadiennes Nasdaq Inovestor (NQICA) a progressé de 0.6% en Mars et est à la hausse de 11.4% depuis le début de l’année, pour une légère sous performance par rapport au marché canadien. Le titre qui a le plus fortement contribué à la performance de l’indice NQICA au mois de mars est Parkland Fuel Corporation (PKI) avec une hausse de 11.2%, alors que The North West Company (NWC), est celui qui a réalisé la plus forte contreperformance avec une baisse de 9.3%.

Le plus récent rebalancement a nécessité la vente de trois titres soit The North West Company, Parkland Fuel et CAE. Ils ont été remplacés par trois autres soit Great-West Lifeco, Norbord et Open Text. North West Company a vu son ROIC diminuer à la suite d’une augmentation des actifs sans que ce soit compensé par une hausse correspondante de son NOPAT. Le catalyste pour la vente de Parkland Fuel était la hausse du prix des actions. La vente de CAE s’expliquait par la baisse importante du profit économique ajouté ou EVA tel que déterminé par notre modèle quantitatif. Great-West Lifeco a vu son NOPAT augmenter substantiellement et a été ajouté en portefeuille pour cette raison. Plusieurs sociétés cycliques du secteur des matières premières ont des profits fortement haussiers depuis quelques temps, notre approche veut que l’on augmente le poids d’un secteur dans de telles conditions. Norbord est la société qui a fait son entrée dans le portefeuille pour ces raisons. Finalement, l’entrée d’Open Text s’explique à la fois par un pointage fondamental élevé mais aussi par une valorisation attrayante.