Monthly Archives

octobre 2019

Number Cruncher Extra – Onze entreprises canadiennes en croissance

Nous avons brièvement abordé Rogers Communication (RCI.B) dans l’article publié hier pour le Globe and Mail, qui était axé sur les entreprises canadiennes dont les bénéfices ont augmenté. Ce qui est intéressant avec Rogers Communication, c’est que, même si les bénéfices et l’EVA sont sur une tendance haussière, le cours de l’action n’a pas été d’accord et a reculé depuis mars 2019. Cet événement a fait monter la valeur intrinsèque de l’action au-delà de son cours actuel pour la première fois en 2 ans

En outre, nous pouvons examiner le graphique de la valuer de croissance future qui représente la proportion de la valeur marchande de la société qui est composée des prévisions de croissance future plutôt que du profit réel généré. Plus le pourcentage est élevé, plus la prime intégrée à la croissance attendue est élevée. Regardez le graphique ci-dessous, au cours du premier trimestre 2019, une petite prime a été prise en compte dans le cours de l’action. Au deuxième trimestre, cette prime a disparu et le stock était vendu à un prix raisonnable. Et maintenant, au troisième trimestre, l’action a été évaluée à un prix inférieur à son potentiel réel.

Pour les abonnés à StockPointer, vous pouvez cliquez sur le lien ci-dessous et ajuster le filtre à votre convenance.

Onze entreprises canadiennes en croissance

Pendant la saison des résultats, les investisseurs ont hâte de voir l’évolution des sociétés figurant sur leur liste de surveillance et dans leurs portefeuilles au cours du dernier trimestre. Aujourd’hui, nous rechercherons des sociétés canadiennes versant des dividendes dont le rendement du capital investi et les bénéfices augmentent.

Cette semaine pour la Globe and Mail, nous recherchons onze entreprises canadiennes en croissance bénéficiaire.

Nous avons examiné l’univers des actions canadiennes en nous concentrant sur les critères suivants:

  • Capitalisation boursière supérieure à 500 millions de dollars;

  • Croissance du bénéfice net d’exploitation (NOP) sur trois et douze mois. Il s’agit d’une mesure de l’efficacité opérationnelle qui exclut les coûts d’exploitation et se concentre sur les activités principales de la société;

  • Croissance du rendement du capital sur trois et douze mois. Il s’agit d’un ratio de rentabilité qui mesure les rendements attendus pour les investisseurs en obligations et en actions;

  • Un indice de performance économique actuel (EPI) égal ou supérieur à un – ce rapport correspond au rendement du capital rapporté au coût du capital. Cela donne aux actionnaires une idée du rendement de la société sur chaque dollar dépensé. Un indice de performance économique de l’un indiquerait que le remboursement de capital suffit à couvrir les coûts du capital.

  • Rendement du dividende supérieur à 2%;

  • Ratio flux de trésorerie disponible sur capital. Cette mesure nous donne une idée de l’efficacité avec laquelle l’entreprise convertit son capital investi en flux de trésorerie disponibles, qui correspond au montant restant après la comptabilisation de toutes les dépenses en immobilisations. C’est une mesure importante car elle nous donne la capacité financière de la société de verser des dividendes, de réduire la dette et de rechercher des opportunités de croissance. Nous recherchons toujours un ratio positif.

Connectez-vous à votre compte pour obtenir davantage d’informations ou pour modifier le screener.

 

Transactions du Portefeuille Modèle StockPointer® actions canadiennes – Octobre 2019

Nous avons procédé au rebalancement de l’indice Nasdaq Inovestor Canada basé sur le portefeuille modèle canadien qui aura lieu le 18 octobre 2019 après la fermeture des marchés. Voici les transactions:

Achat:

1. Ritchie Bros Auctioneers Inc. (RBA) – Rotation sectorielle (Market Trend). Augmentation dans le secteur industrielles. Nous avons ajouté une position dans le portefeuille.

2. Evertz (ET) – Rotation sectorielle (Market Trend). Augmentation dans le secteur industrielles. Nous avons ajouté une position dans le portefeuille.

3. Parkland Fuel Corporation (PKI) – Rotation sectorielle (Market Trend). Augmentation dans le secteur d’energie. Nous avons ajouté une position dans le portefeuille.

 

Vente:

 

1. Bell Canada (BCE) – Rotation sectorielle (Market Trend). Réduction dans le secteur des services de télécommunications. Nous avons supprimé une position dans le portefeuille.

2. Canadian Imperial Bank of Commerce (CM) – Rotation sectorielle (Market Trend). Réduction dans le secteur financier. Nous avons supprimé une position dans le portefeuille.

3. Linamar Corp (LNR) – Rotation sectorielle (Market Trend). Réduction dans le secteur de consommation discrétionnaire. Nous avons supprimé une position dans le portefeuille.

Commentaire Q3 du Gestionnaire de Portefeuille

Commentaire sur le 3ième T du gestionnaire de portefeuille

L’indice composé de rendement total S & P / TSX a augmenté de 2,5% au troisième trimestre. Cela s’ajoute aux gains de cette année pour un rendement cumulatif de 19,1% depuis le début de l’année. Au cours du troisième trimestre, l’indice S & P500 a généré un rendement de 1,2% pour un taux de cumul annuel de 18,7% et l’indice MSCI ACWI ex-États-Unis a affiché un rendement de 1,1%, soit un rendement total de 16,6% depuis le début de l’année. Sur le 3ième trimestre, la plupart des résultats des entreprises ont été en ligne ou supérieurs aux attentes. Les secteurs sensibles aux taux d’intérêt, tels que les services publics et les FPI, ont affiché les meilleurs résultats en raison de la baisse des taux d’intérêt à long terme.

En outre, la FED a confirmé son attitude accommodante en reflétant cette dernière dans les minutes du procès-verbal de sa dernière réunion de la FED. La FED avait laissé entendre qu’elle serait disposée à réduire davantage les taux si le ralentissement économique était visible. En conséquence, le secteur des services financiers a enregistré la plus forte reprise sectorielle du mois de septembre par rapport au reste du marché. Au troisième trimestre, NQICA a enregistré un rendement de 3,9%, soit un rendement cumulatif de 21,1% année à date, par rapport au composite S & P / TSX, qui a affiché un rendement de 2,5% au troisième trimestre et de 19,1% depuis le début de l’année. Le rendement sur un an de NQICA est de 8,2% par rapport à celui de l’indice S & P / TSX, qui a généré 7,1%. Les moins bonnes performances du NQICA au troisième trimestre ont été Stella Jones (SJ) avec un rendement de -17,8%, en raison du départ du PDG, et CCL Industries (CCL.B) avec un rendement de -16,52%, en raison de mauvais résultats trimestriels et augmentation des ventes d’initiés. En revanche, Equitable Group (EQB) a progressé de 43,46%, grâce à d’excellents résultats trimestriels et à l’amélioration des statistiques immobilières au Canada, et Metro Inc. (MRU) en hausse de 19,11% sur la base d’excellents résultats et d’une mise à jour positive sur l’intégration de l’acquisition Jean-Coutu.

Number Cruncher Extra – Dix services publics capables de générer une croissance du dividende

Un examen du troisième trimestre récemment terminé montre que les secteurs les plus performants, tant sur le marché canadien que sur le marché américain, sont ceux qui sont sensibles aux taux d’intérêt, tels que les services publics (en hausse de 9% et 6% au cours du trimestre, respectivement). et l’immobilier (en hausse de 7,4% et 4,9%). Aujourd’hui, nous nous concentrons sur les services publics. Le secteur a bénéficié de la baisse récente des taux d’intérêt à long terme et de l’appétit du marché pour les actifs productifs, et opère principalement dans le cadre de contrats à long terme. Par conséquent, sur notre écran, nous recherchons des sociétés de services publics défensives qui ont un historique attrayant de croissance du dividende.

Pour le Globe and Mail de cette semaine, on cherche des entreprises de services publics capables de générer une croissance des dividendes.

Nous avons examiné l’univers des services publics nord-américains en nous concentrant sur les critères suivants:

  • Capitalisation boursière supérieure à 5 milliards de dollars;
  • Un bêta faible – une action dont le bêta est inférieur à un est considérée comme moins volatile que le marché et donne finalement aux entreprises un avantage défensif;
  • Croissance sur trois mois du bénéfice net d’exploitation après impôt (NOPAT). Une mesure de l’efficacité opérationnelle qui exclut les coûts et les avantages fiscaux du financement par emprunt en se concentrant simplement sur les activités principales de la société, déduction faite des impôts;
  • Un indice de performance économique actuel (EPI) égal ou supérieur à un – ce rapport correspond au rendement du capital par rapport au coût du capital. Cela donne aux actionnaires une idée du rendement de la société sur chaque dollar dépensé. un PEV de l’un indiquerait que le remboursement de capital est juste suffisant pour couvrir les coûts du capital.
  • Rendement de dividendes supérieur à 2% et croissance du dividende sur des périodes de un, deux et quatre ans;
  • Une variation positive sur 12 mois de la mesure de la valeur économique ajoutée (EVA) – un chiffre positif nous montre que le bénéfice de la société augmente à un rythme plus rapide et supérieur au coût du capital. L’EVA est le bénéfice économique généré par l’entreprise et est calculé comme étant le NOPAT moins les dépenses en capital.
Pour les abonnés à StockPointer, vous pouvez cliquez sur le lien ci-dessous et ajuster le filtre à votre convenance.

Dix services publics capables de générer une croissance du dividende

Un examen du troisième trimestre récemment terminé montre que les secteurs les plus performants, tant sur le marché canadien que sur le marché américain, sont ceux qui sont sensibles aux taux d’intérêt, tels que les services publics (en hausse de 9% et 6% au cours du trimestre, respectivement). et l’immobilier (en hausse de 7,4% et 4,9%). Aujourd’hui, nous nous concentrons sur les services publics. Le secteur a bénéficié de la baisse récente des taux d’intérêt à long terme et de l’appétit du marché pour les actifs productifs, et opère principalement dans le cadre de contrats à long terme. Par conséquent, sur notre écran, nous recherchons des sociétés de services publics défensives qui ont un historique attrayant de croissance du dividende.

Pour le Globe and Mail de cette semaine, on cherche des entreprises de services publics capables de générer une croissance des dividendes.

Nous avons examiné l’univers des services publics nord-américains en nous concentrant sur les critères suivants:

  • Capitalisation boursière supérieure à 5 milliards de dollars;
  • Un bêta faible – une action dont le bêta est inférieur à un est considérée comme moins volatile que le marché et donne finalement aux entreprises un avantage défensif;
  • Croissance sur trois mois du bénéfice net d’exploitation après impôt (NOPAT). Une mesure de l’efficacité opérationnelle qui exclut les coûts et les avantages fiscaux du financement par emprunt en se concentrant simplement sur les activités principales de la société, déduction faite des impôts;
  • Un indice de performance économique actuel (EPI) égal ou supérieur à un – ce rapport correspond au rendement du capital par rapport au coût du capital. Cela donne aux actionnaires une idée du rendement de la société sur chaque dollar dépensé. un PEV de l’un indiquerait que le remboursement de capital est juste suffisant pour couvrir les coûts du capital.
  • Rendement de dividendes supérieur à 2% et croissance du dividende sur des périodes de un, deux et quatre ans;
  • Une variation positive sur 12 mois de la mesure de la valeur économique ajoutée (EVA) – un chiffre positif nous montre que le bénéfice de la société augmente à un rythme plus rapide et supérieur au coût du capital. L’EVA est le bénéfice économique généré par l’entreprise et est calculé comme étant le NOPAT moins les dépenses en capital.
Connectez-vous à votre compte pour obtenir davantage d’informations ou pour modifier le screener.