Monthly Archives

novembre 2018

Magna International Inc. (MG)

Dans l’analyse de contenu d’aujourd’hui (Télécharger), nous nous intéressons à Magna International Inc., que nous détenons dans le portefeuille modèle Canadien depuis le 31 Décembre 2012.

Magna International Inc. est une entreprise canadienne spécialisée dans l’équipement automobile et l’un des leaders de la sous-traitance mondiale automobile de 1er rang. Le groupe Magna International Inc inclue notamment Magna Steyr, Magna Powertrain, Magna Exteriors, Magna Seating, Magna Closures, Magna Mirrors, Magna Electronics et Cosma International.

Nous avons récemment beaucoup entendu parler de la compagnie, dans les actualités, principalement dû au conflit familial entre Frank Stronach et sa fille. Cela a porté un regard plutôt négatif sur la compagnie de manière générale, cependant, les opérations financières du géant de pièces automobiles, reflètent la robustesse et la stabilité de la compagnie.

Résultats du T3 2018 :

MG a déclaré un BPA de 1,56$ (contre 1,49$ de prévu) sur des revenus de 9,6 G$ (contre 9,8 G$ de prévu). Les résultats sont en hausse par rapport à l’année dernière, à la même période (BPA de 1.39$ et revenues de 8.9 G$). L’EBIT (Bénéfice avant intérêts et impôts) a diminué de 705 M$ à 699 M$. Magna International Inc a réduit ses prédictions en termes de ventes totales, en effet, leurs attentes se portaient entre 40,3 G$ et 41,4 G$ (avec un profit entre 2,3 G$ et 2,4 G$), contre une précédente estimation à hauteur de 40,30 G$ – 42,5 G$ (un profit entre 2,3 G$ et 2,3 G$). On note une croissance des ventes au sein de chaque département.

Analyse EVA :

Avec un SP Score de 72, MG, détient un des SP Score les plus élevés de la base de données. Cela nous permet de qualifier la compagnie de qualité et de valeur à prix raisonnable. En effet, l’action se négocie sous sa valeur intrinsèque, à un ratio de 0,59 cours valeur intrinsèque. La valeur de croissance future (FGV) de -29% nous indique que la valeur de l’entreprise est plus basse que sa valeur d’exploitation, le titre est sous-évalué selon cette mesure.

On constate une croissance constante approximative de 10% du NOPAT (Profit d’Opérations après impôts) par année. Le rendement sur capital (ROC) augmente également depuis 2016, suivi du Coût du Capital (COC). On constate donc une baisse de l’écart de performance (1.64 à 1.60).

La Valeur Économique Ajoutée (EVA) est un excellent indicateur concernant la performance future et la stabilité d’une compagnie. En ce qui concerne MG, le taux de croissance quasi identique, des profits, et de la charge en capital, au fil des années, se retrouve au niveau de la courbe de tendance linéaire au niveau de l’EVA (TTM). Constance et faible volatilité.

La baisse de 5,2 % du nombre d’actions en circulation (en moyenne par année) est expliquée par le rachat d’actions agressif que MG a subi. Cependant on constate positivement que ceci permet à la valeur intrinsèque par action de croitre.

 

Investissement Responsable

Aujourd’hui, nous nous penchons sur l’Investissement Responsable (IR), dont la nature attire de plus en plus d’investisseurs. En effet, les actifs sous gestion dans ce genre de fonds d’investissement ont grimpé de 146% entre 2011 (4.45G$) et 2017 (10.9G$) alors que les entrées nettes d’argent sont passés de 655M$ en 2016 à 1.22G$ en 2017*. Cette tendance est liée à l’influence croissante des milléniaux dans le milieu de l’investissement. Cette génération est bien plus attentive aux facteurs ESG (Environnement, Société, Gouvernance) et de plus en plus de gestionnaires de fonds intègrent ceux-ci à leurs analyses de risque des entreprises.

Le choix des participants dans les fonds ne se fait plus seulement sur des filtres négatifs, comme par exemple, « pas d’entreprise dans le secteur de l’armement ». Le recours à des filtres positifs, tel que « basse empreinte de carbone » ou « représentativité des femmes » se fait de plus en plus fréquemment. Selon le journal « Finance et Investissement » dans sa publication de novembre 2018, on peut s’attendre à ce que l’IR se développe selon les 17 objectifs fixés par l’ONU en 2015, où la suppression de la pauvreté, de la faim, l’éducation et l’égalité des sexes sont les principaux buts.

Placements NEI est le leader dans le domaine des investissements IR au Canada. Cette entreprise aux 30 ans d’expérience base sa stratégie sur des enjeux comme la transition énergétique mondiale, la production durable d’aliments ou encore la diversité aux conseils d’administration. Au 31 octobre 2018, le rendement du « fonds d’actions canadiennes petite cap. ER NEI série A » sur 3 ans est 6.84%, 5.37% sur 5 ans et 10.22% depuis sa création. Ces résultats nous indiquent que les fonds d’investissement responsables peuvent être tout autant prospères que tout autre type de FNBs.

Sur notre plateforme, on peut trouver le Fond Négocié en Bourse (FNB) iShares Jantzi Social Index (« XEN ») qui existe depuis plus de dix ans. Il vise une croissance à long terme du capital en reproduisant le rendement de l’indice Jantzi Social, déduction faite des frais. L’indice Jantzi Social est un indice pondéré de capitalisation boursière qui consiste en 50 compagnies canadiennes ayant passées des critères d’ESG. Le SP Score de XEN, calculé en faisant une moyenne pondérée des SP Scores des titres détenus, est de 59.74. Au 31 octobre 2018, le rendement annuel composé de l’indice sur 10 ans est de 8.37% comparé à 7.36% pour le S&P/TSX 60, selon les données de Sustainalytics. Après les frais, celui du FNB est de 7.77%.

Durant cette année, huit FNBs IR ont été lancés, dont une gamme de FNBs reliés aux changements climatiques, récemment lancée par Desjardins Gestion internationale d’actifs. Ces nouveaux FNBs visent une réduction importante de l’intensité carbone du portefeuille, ou encore évitent d’investir dans le secteur de l’énergie fossile.

En conclusion, on peut donc souligner que l’Investissement Responsable (IR) devient une approche de plus en plus courante. Ces fonds d’investissements, destinés à une clientèle ayant des objectifs plus diversifiés qu’habituellement fournissent une nouvelle palette de produits.

*Source : Finance et Investissements Novembre 2018

Article de blogue écrit par Loic Chatelanat (stagiaire), sous la supervision de Kimberly Yip Woon Sun (Analyste FNB).

13 titres américains en énergie qui sortent du lot

In the filter created this week for The Globe and Mail, we screened for US energy stocks with strong fundamentals.

With the recent U.S. interest rate hike and current tensions between the United States and Saudi Arabia, investors are concerned about what all this means for oil prices and the U.S. economy. Crude prices are a lead driver of all economies and it is crucial to understand the effect rising prices could have on various sectors. Today, we focus on a sector with a lack of correlation to other sectors – the energy sector itself.

By using the following criteria, we are able to generate a list of firms whose profit gains are supported by healthy fundamentals:

  • A 12-month change in current operating value equal to or greater than zero. Current operating value represents the real profits of the company and is calculated by the net operating profit after tax (NOPAT) divided by the cost of capital – this allows us to better compare companies with varying costs and of different sizes;
  • A positive change in the 12-month NOPAT – a measure of operating efficiency that excludes the cost and tax benefits of debt financing by simply focusing on the company’s core operations net of taxes;
  • Rising earnings per share over a 12-month period;
  • Future growth value/market value (FGV/MV) between minus 50 and 50, to exclude companies with exaggerated discounts or premiums. FGV/MV represents the proportion of the market value of the company that is made up of future growth expectations rather than the actual profit generated. The higher the percentage, the higher the baked-in premium for expected growth and the higher the risk.

Read more in this article written by Noor Hussain, Analyst & Account Executive at Inovestor Inc.