Intelligence

Imperial Oil Ltd (IMO)

By avril 8, 2015 No Comments

Dans l’analyse de contenu de cette semaine, nous revenons sur une transaction de vente effectuée au début du mois d’avril, lors du rebalancement du portefeuille modèle canadien. La pondération suggérée pour le secteur de l’énergie au Canada, définie par Market Trend, est passée de 13% au dernier trimestre à 9% pour le mois d’avril, indiquant une réduction nécessaire du nombre de positions en énergie. Suite à l’analyse des compagnies que nous détenions dans ce secteur (Shawcor Ltd, Parkland Fuel Corp, Imperial Oil Ltd), notre choix s’est arrêté sur Imperial Oil Ltd (IMO).  Download

À première vue, Imperial Oil présente un SPscore respectable (62% en date du 6 avril 2015), mais est malheureusement en déclin rapide depuis les derniers mois (Il était de 74% en date du 31 décembre 2014).

Depuis 2011, le NOPAT d’Imperial Oil diminue constamment, alors que l’investissement en capital a presque doublé. En d’autres mots, l’apport supplémentaire en capital investit depuis 2011 n’a servi qu’à ralentir la chute du bénéfice net d’opérations après impôts, alors qu’on souhaiterait qu’il génère des profits supplémentaires le plus rapidement possible. Le rendement sur capital (NOPAT/Capital) est donc passé de 23.8% en 2011 à seulement 9.9% pour 2014, la donnée observée la plus faible depuis les 5 dernières années.

Les multiples de valeur ont grandement été affectés lors des 5 derniers trimestres. La valeur intrinsèque d’IMO est passée de près de 80$ en septembre 2013 (ratio P/VI de 0.6) à maintenant 49.56$ (ratio P/VI de 1.04), indiquant une légère surévaluation du titre. Le FGV est d’environ 40% en date du 6 avril 2015, et reflète une prime que nous considérons élevée par rapport aux perspectives du secteur à court-moyen terme. À noter que la prime illustrée par le FGV(%) tend à augmenter depuis les 4 derniers trimestres, alors que la valeur des opérations courantes (COV) diminue. Ceci augmente le risque à court terme puisque la proportion du prix de l’action supportée par la valeur des bénéfices d’opération courants et de plus en plus faible.

Au niveau de la performance économique, l’EVA est en nette décroissance depuis mars 2012, et est entré en territoire négatif lors du dernier trimestre pour la première fois en 5 ans. C’est d’ailleurs un des facteurs principaux qui ont motivé notre décision de nous départir d’Imperial Oil. Malgré que les 2 autres compagnies (PKI, SCL) n’offrent pas une tendance beaucoup plus reluisante, leurs EVA restent positifs, ce qui leur laisse une plus grande marge de manœuvre pour rétablir une stabilité ou même une croissance.